A l’occasion des commémorations du 8 mai 1945, l’UNIVEM a constitué un convoi composé de Jeep, du Half-Track M5, du GMC DUKW, du GMC benne, de l’International M-2-4, de l’International M426, et du Ward-La-France qui ont pris la route au matin en direction des Loges-en-Josas. Les véhicules ont été disposés autour du Monument aux Morts, place Louis Grenier. Le café-croissants offert par l’ASPEH fût des plus bienvenus pour se réchauffer après un trajet sous une pluie fine.

La pluie est ensuite devenu un véritable déluge, mais plusieurs visiteurs ont fait le déplacement et ont pu admirer les véhicules, monter dedans et poser toutes les questions possibles aux membres de l’association. A midi, vint la cérémonie de commémoration de l’Armistice du 8 mai 1945 au Monument aux Morts en présence des Anciens Combattants.

Puis, grâce aux véhicules de l’ UNIVEM, les participants ont été transportés vers le rond-point de la Garenne pour l’inauguration officielle de la borne du Serment de Koufra (pour rappel de l’histoire : en février 1941 à Koufra (Lybie) le colonel – futur général puis maréchal Leclerc, après sa victoire sur les forces italiennes alliées aux Allemands, fait le serment de ne cesser le combat que lorsque les couleurs françaises flotteront de nouveau sur la cathédrale de Strasbourg.)

En début d’après-midi, les véhicules ont repris le chemin emprunté par les troupes de la 2ème DB pour atteindre Vélizy-Villacoublay pour la cérémonie d’inauguration de la borne du Serment de Koufra de Vélizy, rue de la Division Leclerc. Stationnés autour de l’emplacement de la borne, les véhicules ont fait forte impression auprès du public, qui a même eu l’occasion de pouvoir faire des baptêmes dans certains d’entres eux (enfin, pour les plus courageux, car l’après-midi, la pluie s’est malheureusement de nouveau invitée par intermittence !).

En fin d’après-midi, le convoi fera son retour vers Satory après une journée humide et bien remplie, mais qui laissera une fois de plus de bons souvenirs aux participants.

 

Quelques photos de la journée transmises, par Pierre, notre « correspondant de guerre » :