Lors de la Seconde Guerre mondiale, le Red Ball Express était un important système de convoyage routier mis en œuvre par les forces alliées après la percée marquant la fin de la bataille de Normandie. Il reposait sur un itinéraire en boucle à sens unique entre Cherbourg et Chartres puis, avec l’avancée du front, étendu en deux branches vers le nord et l’est de la France. Ce système a fonctionné du 25 août 1944 au 16 novembre 1944 et la remise en service du port d’Anvers.

La Locomotion en Fête 2011 fut une belle opportunité pour l’UNIVEM pour créer un diorama évoquant cette vaste opération logistique.

La fin de la bataille de Normandie marquait le début de la rapide avancée alliée sur le front de l’Ouest. Il s’agissait donc de transporter des vivres, des munitions et surtout de grandes quantités de carburant. Chacune des 28 divisions alliées engagées, pour mener à bien ses opérations offensives, avait besoin d’environ 700 à 750 tonnes de ravitaillement par jour, soit un total de 20 000 tonnes.

Le trafic était ininterrompu, de jour comme de nuit.

Les camionneurs ne devaient pas s’arrêter, même pour aider un autre camionneur en panne. Ce dernier devait attendre une des équipes de réparation puis, une fois dépanné, être intégré à un convoi passant.

Les routes du Red Ball étaient balisées par des panneaux grand format, inspirés des panneaux publicitaires américains. Ils évitaient aux conducteurs de se perdre et indiquaient également les objectifs de tonnage journalier atteints, afin de les motiver. Plus de 25 000 panneaux furent posés.

Des ateliers de réparations se trouvaient environ tous les 50 km

Le système a utilisé 5 958 véhicules, et a transporté quotidiennement jusqu’à 12 500 tonnes de marchandises.