Historique

Pendant la guerre les firmes chargées de construire les transports de troupes Half-Track – semi-chenillés – (White, Autocar et Diamond T) ne pouvaient plus assurer une telle cadence de production.  Une quatrième firme fut approchée : IHC, l’International Harvester Company qui construira le M5, analogue au M3, mais avec quelques différences significatives.  Ses ailes sont constituées d’une tôle plate qui dégage davantage les roues.  Le blindage du M5 est constitué de tôles homogènes qui permettaient l’assemblage par soudure lui donnant un aspect plus lisse que sur le M3 et sur le M16 où il était constitué de plaques vissées.  Du fait de ces tôles laminées soudées, les angles arrière du M5 sont formés arrondis et non à angles droits vifs comme sur le M3 ou le M16.  La construction de la carrosserie blindée en tôles soudées réduisait les risques de vis se transformant en projectiles mortels lorsqu’elles étaient touchées directement.  En revanche l’acier de ces plaques soudables étant moins résistant celles-ci devaient être plus épaisses.  Le M5 bénéficiait donc d’un train de roulement renforcé et de renforts de caisse.  Il était de ce fait plus lourd mais ses performances restaient toutefois comparables à celles des M3 et M16.

Caractéristiques

Moteur International Harverster Company RED-450-B, 6 cylindres en ligne, essence, soupapes latérales, développant 143 cv à 2700 tours/min

Poids : 9,8t

Blindage : 6.5–13.5 mm (0.26–0.53 in)

Armement : 1 mitrailleuse M2 (12,7mm) + 2 mitrailleuses M1919 (7,6mm)

15.000 unités avec de nombreuses variantes intervenues au fil de la production, tant pour l’armement que pour les détails d’aménagement intérieur.

Essence : 60 gallons (230 l), autonomie 125 miles (200 km)

vitesse : 42 mph (68 km/h)