Sur les aéroports encombrés, parfois dans le mauvais temps, ces Jeep aidaient les avions à trouver leur point d’envol ou à rejoindre leur parking.  Certains avions offraient au sol une vue si mauvaise pour le pilote qu’ils devaient avancer en crabe sur les pistes pour mieux voir où ils allaient.  Pour d’autres plus gros pour lesquels cette marche en crabe n’était pas possible, un aide assis sur une aile guidait le pilote jusqu’au point d’envol, position à la fois inconfortable et dangereuse.

Ces véhicules d’accompagnement étaient en général équipés d’une radio les mettant en communication avec la tour de contrôle comme avec les avions au sol.

Il n’y avait pas de spécification pour les peintres du damier, on trouve d’ailleurs toutes sortes de réalisations dans les photos d’archives qui montrent bien que chacun se débrouillait au mieux pour produire un véhicule visible.

Bravo Jérôme pour cette réalisation originale qui vient donner du relief au parc recensé à l’UNIVEM.