Ce véhicule, produit par Renault suite a un appel d’offre de l’armée, vise à remplacer les Dodge WC51 et 52 ; utilisés par l’armée française depuis la fin de guerre.

Le R2087 4×4 rentra en chaîne de production en 1957 et servira jusqu’en 1970 où il sera à son tour remplacé par le Marmon.

Les noms des véhicules qui ont précédé le R2087 ont débuté par la lettre « R », dès la création de la Régie Nationale des Usines Renault au sortir de la deuxième guerre mondiale. Suivent des chiffres, dont le 1er désigne le type d’engin (2 pour utilitaire essence), le deuxième et le troisième la série et le dernier le modèle dans la série.

Différentes versions seront proposées: Ambulance, Bâché, Command-Car, Citerne, Plateau (avec une version plus courte pour les aérodromes).

Outre l’armée ce petit camion sera utilisé par les pompiers, la Protection Civile, les PTT en version 4×4 mais aussi dans le civil avec une version abaissée en 4×2 appellée Goelette.

Côté mécanique, le moteur issu de la Frégate, développe à peine 60 chevaux pour 2,2 litres de cylindrée. Ce moteur est accompagné d’une boîte manuelle où la première n’est pas synchronisée.

Les ponts de type banjo, les quatre tambours et sa garde au sol lui permettent de faire un peu de tout terrain. Les pneumatiques en 900×16 finissent de lui donner ce look baroudeur.

Dans sa vie de tous les jours ce véhicule est solide et nécessite peu d’entretien. Les niveaux doivent être faits régulièrement afin de lui assurer une longévité maximum surtout au niveau de sa boîte de transfert.

Seuls les arbres des roues arrières restent fragiles.

Bravo Philippe pour cette magnifique restauration qui diversifie un peu le parc de l’UNIVEM !